Catégories
Travaux du master

Les étudiants de l’EHESS face à la crise sanitaire

L’enquête

Cette enquête conçue par des enseignants du parcours de master Santé Médecine et Questions Sociales à l’EHESS visait à documenter les conditions d’étude et de vie des étudiant-es de l’EHESS. Le questionnaire a été préparé la dernière semaine de décembre, il a été publié en ligne le 17 décembre 2020 et les étudiant-es ont été invités à y répondre jusqu’au 10 janvier. A cette date, l’ensemble des activité d’enseignement de l’EHESS, à l’exception de quelques enseignements de type TP, se déroulaient par vidéoconférence depuis le 28 octobre et seul l’accueil de petits nombres d’étudiants dans des groupes de discussion et de travail, en dehors des enseignements, avait repris début janvier. C’est donc une image des conditions dans lesquelles les étudiant-es de l’EHESS ont fait face au confinement de l’automne 2020 que donne cette enquête.

1064 réponses ont été analysées, soit 35,3% des 3014 étudiant-es inscrites à l’EHESS.

Les femmes ont été 639 à répondre soit 60,2% de l’échantillon. Elles y sont légèrement surreprésentées par rapport à l’ensemble des étudiant-es de l’EHESS. Leurs réponses ne se distinguent pas significativement de celles de l’ensemble de l’échantillon.

Des conditions de vie et d’études dégradées

L’enquête souligne avant tout la dégradation des conditions de vie et d’études des étudiant-es de l’EHESS. La crise sanitaire s’est traduite en premier lieu par un retour significatif des étudiant-es chez leurs parents : 54,1% d’entre eux ou elles habitent dans un logement personnel, ils et elles sont 20,8% à habiter chez leurs parents. Si l’on compare avec les enquêtes de l’Observatoire de la vie étudiante, les étudiant-es de M1 de l’EHESS ont un taux de cohabitation familiale équivalent à celui d’étudiant-es de 20-21 ans en 2016, les étudiants de M2 à celui d’étudiant-es de 23-24 ans. Rappelons que l’âge moyen des étudiant-es en M1 à l’EHESS est de 24 ans, celui des M2 de 26,7 ans : les étudiant-es de l’EHESS sont ainsi globalement en retard de 3 ans, dans le processus de décohabitation, sur l’ensemble des étudiant-es en France avant la crise sanitaire. Ces chiffres sont majorés pour les 16,3% des étudiant-es qui résident en France métropolitaine en dehors de la région parisienne et de la région PACA où est implantée l’EHESS : en M1 ils et elles sont 74% à habiter chez leurs parents, et 50,9% en M2.

Ces types d’habitat se traduisent dans les conditions de logement des étudiant-es: si en moyenne ils et elles habitent dans des logements de 2,8 pièces partagés avec 1,6 personnes, 29% des M1 et des M2, et 24,5% des doctorant-es habitent dans des logements d’une seule pièce ; mais les doctorant-es sont 33% à vivre dans des deux pièces quand les M1 et les M2 ne sont que 20% dans ce cas ; 25,8% des M1 habitent dans des logements de plus de 5 pièces, mais les doctorant-es ne sont que 9% dans ce cas, et les M2 13,8%. Par ailleurs 26,8% des M1, 23,7% des M2 et 20,5% des doctorant-es vivent seul-es, mais 41,9% des doctorant-es vivent avec une autre personne, alors que les M2 ne sont que 33% et les M1 21,9% dans ce cas. Au total les masterant-es habitent plus souvent dans des logements individuels ou, pour les M1, dans des logements partagés avec leur famille ou des colocataires ; les doctorants sont quant à eux plus souvent en couple dans des logements de petites taille.

Ces conditions de logement se traduisent par des difficultés marquées pour dégager un espace de travail. Sur les 1064 étudiant-es de l’échantillons, 257 habitent ainsi dans des logements dont le nombre de pièces est inférieur à celui de ses habitant-es. 101 étudiant-es partagent un logement d’une seule pièce avec au moins une autre personne, 54 partagent un deux-pièces avec au moins deux personnes. Par ailleurs 283 étudiant-es indiquent ne pas disposer, dans leur logement, d’espace où ils et elles peuvent s’isoler pour travailler. Ce chiffre ne signifie pas nécessairement qu’ils et elles ne disposent pas, dans leur logement, d’une pièce où ils peuvent être seuls : 148 d’entre eux ou elles vivent dans des logements disposant de davantage de pièces que de résident-es ; 52 habitent seul-es dans une chambre ou un logement d’une pièce, studios ou chambre, 50 avec une autre personne ou seul-es dans des deux pièces. Dans ces cas là, c’est la possibilité d’isoler espace de vie et espace de travail qui est en jeu.

L’équipement informatique des étudiant-es est bon dans l’ensemble mais une minorité significative ne dispose probablement pas d’un matériel adapté pour suivre de façon intensive des vidéoconférences : seuls 9 étudiant-es de l’échantillon indiquent n’avoir pas de connexion internet à leur domicile, mais 20% des masterant-es et 10% des doctorant-es doivent utiliser la 4G pour accéder au réseau internet ; 94,3% des étudiant-es utilisent un ordinateur personnel pour suivre les enseignements à distance, mais 45 d’entre elles et eux indiquent utiliser un ordinateur partagé ou un smartphone.

Enfin à ces difficultés dans le logement s’ajoutent des difficultés financières pour une part significative des étudiants : 44% des étudiant-es déclarent n’en avoir jamais éprouvé mais 8,9% d’entre elles et eux, soit 95 étudiant-es, déclarent en éprouver « en permanence » depuis la rentrée et 14,6% souvent. 30,9% des étudiants estiment que la crise sanitaire a aggravé leur situation financière. Par ailleurs 248 étudiants, soit près d’un quart de l’effectif (23,3%) indiquent avoir eu recours à des aides exceptionnelles pour se loger, se nourrir, acheter des produits d’hygiène ou informatiques.

Face aux enseignements : une perte de motivation et de moral

Les étudiant-es de l’EHESS expriment des difficultés importantes face aux enseignements. Ils et elles sont près de 35% à indiquer « ne pas vraiment » ou « ne pas du tout » parvenir à suivre les enseignements et les séminaires, et a contrario ils et elles ne sont que 14,8% à indiquer y arriver « tout à fait ». Les raisons données pour expliquer ces difficultés sont d’abord, pour 67,3% des étudiants qui ont répondu à cette question, « je ne me sens pas bien, j’ai du mal à me concentrer, je n’arrive pas à travailler », puis, à 43,6%, « j’ai perdu la motivation ». Les étudiant-es sont une minorité à incriminer leur équipement informatique (23,2%) ou les contenus des enseignements (20,6%). 27,4% indiquent n’avoir pas le temps. Ce sont ainsi moins les conditions dans lesquelles les étudiant-es doivent travailler en tant que telles que leur retentissement sur leur moral et leur condition psychique qui rend plus difficile de suivre les enseignements : ce phénomène est plus marqué encore parmi les étudiant-es ne parvenant pas à suivre les enseignements, qui sont 76,6% à indiquer qu’ils ou elles « ne se sentent pas bien… », et 57,8% à mentionner la perte de motivation.

Au-delà de la capacité à suivre ou non les enseignements, les étudiants expriment à des degrés divers un sentiment d’isolement notamment face à l’institution universitaire. 15,1% des étudiant-es ont le sentiment que leur tuteur ou tutrice/directeur ou directrice n’est pas assez présent-e, et ils et elles sont 20% à juger que c’est le cas de l’équipe enseignante dans son ensemble. Surtout, 53,3% d’entre elles et eux indiquent ne connaître que très peu d’étudiant-es, et à l’inverse ils et elles sont 12,6% à échanger « très régulièrement » avec les étudiant-es de leur promotion. Au total plus de 60% des étudiants de master, et près de 50% des doctorants indiquent éprouver souvent ou en permanence un sentiment d’isolement et ils sont dans les mêmes proportion à éprouver des difficultés psychologiques :

Des M2 plus fragilisés

Si ces difficultés touchent l’ensemble des étudiant-es de l’EHESS, les M2 semblent dans une situation de plus grande fragilité que les autres catégories. S’ils et elles vivent moins souvent dans des logements trop exigus, ils et elles disposent plus fréquemment d’une connexion internet « moyenne » (44% contre 36,9% des M1 et 27,7% des doctorants). Par ailleurs s’ils et elles sont, à 26%, aussi nombreux que les doctorant-es à éprouver en permanence ou souvent des difficultés financières, ils et elles ont eu, davantage que les autres étudiant-es, recours à des aides exceptionnelles : 28,7% contre 23,3% pour l’ensemble de l’échantillon. Surtout, ils et elles sont 37,2% à indiquer ne pas vraiment ou ne pas du tout parvenir à suivre en cours contre 31,4% des M1 et 35,2% des doctorant-es et ils et elles expriment un sentiment d’isolement aggravé à la fois vis-à-vis de l’institution universitaire et en général : ils et elles sont 24,2% à estimer que l’équipe enseignante est trop peu présente, contre 12,2% des M1 ; 58,3% d’entre eux et elles indiquent ne connaître que très peu d’étudiant-es ou aucun, contre 44% des M1 ; et ils et elles sont 21,1% à éprouver en permanence un sentiment d’isolement contre 17% des M1.

Par contraste les doctorant-es éprouvent également des difficultés importantes face aux enseignements, mais ils et elles sont également plus nombreux à indiquer parvenir « tout à fait » à les suivre. De même s’ils et elles sont presque aussi nombreuses que les M2 à n’avoir pas assez de contact avec leurs enseignants – directeur, directrices et reste de l’équipe enseignantes – ils et elles sont plus nombreuses à avoir suffisamment de contact (respectivement 60,8% contre 55% et 42,4% contre 37,7%). Enfin s’ils et elles sont 48,8% à éprouver souvent ou en permanence un sentiment d’isolement alors que les M2 sont 64% dans ce cas, cette différence tient essentiellement aux étudiant-es déclarant souvent un sentiment d’isolement. En somme les doctorant-es forment un groupe polarisé entre des étudiant-es bénéficiant d’un soutien institutionnel plus prononcé et des étudiant-es plus isolés.

Les difficultés des M2 paraissent ainsi refléter leur situation spécifique à la fin du second cycle universitaire : plus engagés vers l’indépendance que les M1 ils bénéficient moins qu’eux des solidarités familiales mais ils n’ont pas encore stabilisé les soutiens, dans le monde de l’université et de la recherche, dont bénéficient certains doctorant-es au moins; plus concernés que les doctorant-es par la mise en ligne des enseignements ils font aussi face à des enseignements plus souvent de type séminaires de recherche qui limitent les interactions avec les enseignants. Enfin les M2 font face plus que les autres catégories à l’incertitude sur leur avenir : parvenus à la fin d’un cycle universitaire, ils devront faire une série de choix alors même que les conditions dans lesquelles l’année se poursuivra restent particulièrement difficiles à anticiper.

Contact: Nicolas Henckes, CR CNRS, co-responsable du parcours Santé, Médecine, Questions Sociales, mention Savoirs en société. nicolas.henckes@ehess.fr

Analyses et résultats complémentaires : https://masterspps.hypotheses.org/files/2021/02/Enquete-EHESSCovid-Synthese-21janvier2021.pdf


3 réponses sur « Les étudiants de l’EHESS face à la crise sanitaire »

Bonjour, je suis étudiante en M2 et je confirme bien la tendance générale que vous décrivez, et validé par les statistiques. Dans le lot je suis surprise de ne pas voir de catégorie  » étudiants ayant eu le Covid », qui ont été encore plus fragilisés dans leur cursus et leurs enseignements, cela m’étonne d’autant plus que vous étudiez en Master Santé-Social… dans le cadre ce cette enquête cela aurait été intéressant de voir le nombre et les conséquences. Mais très bien sinon votre enquête.

Il n’y a pas que le covid! Nous avons posé plusieurs questions autour des problèmes de santé rencontrés par les étudiants, une minorité était concernée, nous en réservons l’analyse pour plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.